L’Aimée

Des héroïnes d’opéra qui résistent, cèdent et meurent…

L’un des pouvoirs de la musique est celui de faire passer des messages de toute sorte en contournant notre esprit critique. Inspiré par la « New Musicology », et plus particulièrement par l’essai Ouverture féministe (Susan McClary, 1991), Álvaro Martínez León se propose travailler autour des mécanismes hypnotiques propres à la musique en lien avec les livrets d’opéra.

En se penchant sur des livrets d’opéras faisant partie du répertoire qui est interprété de nos jours dans les maisons d’art lyrique, on apprend que les personnages féminins subissent souvent un même sort : elles doivent résister aux injonctions sur leur vie amoureuse, elles finissent par y céder, et enfin elles sont immolées par le librettiste et le compositeur.

Comment interroger les représentations de la femme et de l’autre dans ces livrets, tout en avouant la fascination créée par le caractère surnaturel de la voix lyrique ?

L’un des objets étant de partager cette réflexion avec des publics connaisseurs et profanes par le biais d’une expérience artistique, nous nous sommes lancés dans un dispositif immersif et participatif, qui cherchera à s’infiltrer dans un territoire à chaque fois qu’il sera mis en place.

Dans une salle non frontale, le public entoure L’aimée, chanteuse à l’expression multiple. Souvent en joute avec la guitariste- chamane, elle va tenter de résister au pouvoir de la musique, pour ensuite céder et mourir systématiquement dans le plaisir sublime de l’héroïne sacrifiée.

Un atelier composé par 4 participant·e·s, encadré par le compositeur, a été mis en place en janvier 2021. Au fil des séances, les participant·e·s ont découvert 4 opéras de répertoire : L’Orfeo de Monteverdi, Didon & Enée de Purcell, Così fan Tutte de Mozart et La Traviata de Verdi. Microphone à la main, ce groupe d’« expert·e·s » en opéra va commenter la trame de chaque opéra pendant le spectacle.

Les prémisses du travail du choeur ont été posées : un groupe d’adolescents se mêle au public pour lui communiquer des extraits de choeurs d’opéra par des moyens variés. Le chuchotement, la ronde pastorale, le slogan de manifestation…Les membres du choeur vont être aussi chargés d’annoncer les éléments présents dans les livrets des opéras cités : un territoire, une communauté qui exerce une pression sur l’héroïne, le présage du malheur incarné par l’autre, le héros… par le biais d’un sytème de panneaux, affiches et t-shirts, ils et elles contextualisent les interventions des musiciennes.

Résidences

Juin 2019 : Cité de la voix, Vézelay
Février 2021 : PAD Angers compagnie Nathalie Béasse
Mars 2021 : GRAME Lyon
Avril 2021: Athénor Scène nomade CNCM St Nazaire
Novembre 2021: Athénor Scène nomade CNCM St Nazaire

Création prévue le 11,12,13 mars 2022 à Athénor Scène nomade CNCM St Nazaire

En coproduction avec Athénor Scène Nomade
Avec le soutien de la DRAC et la SACEM

Álvaro Martínez León a reçu l’Aide à l’écriture d’une œuvre musicale du Ministère de la Culture – Préfet de la Région Pays de la Loire.

L’Aimée a reçu le soutien du programme France relance.